« Alerte rouge » à l’OMS

Il ne se passe pas de jour sans que l’OMS n’affole pas les populations à propos de la pandémie. A l’entendre, elle reprendrait de la vigueur. Hier elle mettait en garde l’Europe, il y a deux jours, c’était la panique au Brésil, et il y a trois jours, c’était une reprise sévère aux Etats Unis. Tous les jours, un communiqué tente de nous affoler. Est-ce avec ou sans raison, et pourquoi ?

On a vu les capacités de cet organisme à analyser les données dans l’affaire du Lancetgate, incapable de dénicher une fausse étude, montée de toutes pièces à des fins publicitaires pour se faire connaître par une micro société au siège plus petit que mon bureau. En est-il de même pour l’analyse de toutes les données ? A moins que je n’ai pas les mêmes chiffres qu’eux, et bien que personne ne puisse prédire l’avenir concernant la pandémie, je ne partage pas son pessimisme, qu’elle tente de nous communiquer.

On nous a annoncé une catastrophe sanitaire effroyable en Afrique, on attend toujours après quelques mois. En Inde ? Même chose.

Les USA ? La panique monte, mais que donnent les chiffres ? En France, nous avons 30 000 morts pour 67 millions d’habitants. Aux USA, il y a 328 millions d’habitants, soit 5 fois plus. Pour être à notre niveau, ils devraient donc avoir 150 000 décès, ils en sont à 125 000. 450 décès le dernier jour. A ce rythme, il leur faudra 50 jours pour rejoindre notre taux de mortalité. Depuis 1 mois, les nouveaux contaminés augmentent à un rythme de 1% par jour, 2 fois moins que le mois précédent. Certes il y a eu une petite recrudescence en 4 jours (2%), mais est-ce une raison pour affoler la planète ?

Le Brésil ? 212 millions d’habitants, soit 3 fois plus que nous. Pour atteindre nos 30 000 décès, à population égale, il faudrait qu’ils en aient 90 000. Combien en ont-ils ? 55 000 ! Certes, on est sur un rythme un plus élevé, croissance des nouveaux cas de 3%, mais divisée par 2 par rapport au mois précédent. Nous sommes passés par ces phases, le Brésil a démarré 1 bon mois plus tard, il faut donc attendre encore un peu avant d’affoler ainsi la planète. Au rythme actuel de 1 200 décès par jour, ils ont encore 1 mois, pour nous rattraper, 40 jours pour rattraper l’Angleterre ou l’Espagne où la tempête est terminée après être passés par des phases pires ou identiques.

Et pourquoi aussi affoler le monde entier quand un pays a des problèmes. Depuis le premier jour il y a des disparités dans chaque pays, parfois énormes, et que l’on n’explique pas encore. Alors même si les USA, le Brésil, nous dépassaient en matière de gravité, ce n’est pas une raison pour faire croire au monde entier qu’il suit le même chemin.

Qu’ils donnent les évolutions positives au lieu de chaque fois le scénario du pire, ayant conduit à enfermer chez eux la moitié de la population mondiale, au prix d’une crise économique supérieure à celle de la dernière guerre, pour une pandémie qui restera dans les annales probablement équivalente ou à peine supérieure aux épidémies de grippes saisonnières, à l’échelle mondiale. 650 000 morts chaque années pour la grippe selon l’OMS , et 491 000 à ce jour pour la Covid.

Certes ce n’est pas fini, certes c’est imprévisible et je peux avoir tort, mais les chiffres actuels donnent une certaine tendance, l’évolution a toujours été la même dans tous les pays, et les prévisions de nos experts n’ont jamais été les bonnes depuis 5 mois.

Petit rappel de la fable d’Esope, « Le petit garçon qui criait au loup » :  le petit garçon s’amusait à prétendre qu’il avait vu un loup, ce qui l’a discrédité auprès des habitants de son village. Le jour où il voit un loup « pour de vrai », personne ne prête attention à son cri d’alarme.

Source: https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/06/27/alerte-rouge-a-loms/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image